Formation cannabis médical : La voie inhalée

Principes généraux à propos du cannabis médical administré par voie inhalée.

Formation cannabis médical : La voie inhalée​

Principes généraux à propos du cannabis médical administré par voie inhalée.​

Découvrez nos formations sur le cannabis médical

Le cannabis médical peut se présenter sous différentes formes pharmaceutiques. Ces formes sont destinées à des voies d’administration différentes.

Dans ce chapitre, nous poursuivons notre parcours relatif aux voies d’administration du cannabis médical avec la voie inhalée. Seront abordées les formes pharmaceutiques adaptées à l’inhalation, les particularités pharmacocinétiques de cette voie (notamment sa complémentarité avec la voie orale) et les dispositifs utilisables pour la mettre en œuvre.

Bon visionnage !

La voie inhalée

forme_1 copy

Principe de la vaporisation

La vaporisation se fait à une température comprise entre 180°C et 210°C, en accord avec la température de vaporisation des principaux constituants actifs du cannabis.  

Alors qu’une température minimale est nécessaire pour atteindre la vaporisation des actifs, soulignons le fait qu’il est aussi important de limiter cette température afin d’éviter tout risque d’irritation des voies respiratoires. 

La chaleur provoque également une réaction chimique appelée décarboxylation, qui permet de transformer certains phytocannabinoïdes sous forme acide (également appelés THCA et CBDA) en leur forme neutre : le THC et le CBD. 

Il a été démontré que la décarboxylation complète du ∆9-THCA en ∆9-THC se produit à partir de 98 ºC et jusqu’à une température de 200 ºC environ.  

Ce processus se fait à une température bien inférieure à la température de combustion qui peut atteindre jusqu’à 900°C lors d’utilisation de cigarettes. 

L’utilisation de cannabis fumé avec du tabac n’a en effet pas sa place dans une utilisation thérapeutique, en raison des composés toxiques générés lors de la combustion, comme les composés aromatiques polycycliques, le monoxyde de carbone, les goudrons et bien d’autres encore. L’utilisation de la vaporisation permet d’éviter la formation de ces sous-produits toxiques. 

Les vaporisateurs

Plusieurs générations de vaporisateurs sont disponibles sur le marché. […] Qu’est-ce qui différencie ces dispositifs ?  

Alors que les premiers vaporisateurs étaient plutôt encombrants pour les patients, les nouvelles générations sont maintenant portables et plus faciles à manipuler.  

Avec ces premières générations, le patient devait lui-même remplir le vaporisateur en broyant de façon autonome les fleurs. La posologie était donc arbitraire et le nettoyage du dispositif compliqué, avec potentiellement des résidus laissés avant une nouvelle utilisation.  […]

D’autres dispositifs proposent également des cartouches pré-remplies, sécurisées, ce qui limite une potentielle utilisation frauduleuse et les risques de manipulation par les enfants. Le nettoyage de l’équipement et la traçabilité en sont bien sûr améliorés. 

Un contrôle du volume inhalé ou de la dose est maintenant aussi possible, par exemple via une application mobile. Ceci permet un mode d’inhalation standardisé et donc de limiter la variabilité inter-patient, précédemment décrite pour la voie inhalée. Ces dispositifs améliorent ainsi le bon usage et une meilleure observance.  

Découvrir plus de formations sur le cannabis médical

LaFleur Académie se décompose en plusieurs chapitres que chacun peut regarder à son rythme. 

Un résumé sous forme de « boite à outils » peut être téléchargé sous les vidéos de chaque chapitre, incluant les illustrations indispensables ainsi que les références bibliographiques utilisées. 

Cannabis médical : formez-vous aujourd'hui pour préparer demain